Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Notre histoire  >  Mère Marie-Angèle Reynes  >  Sa vie > Antoinette Reynes est née le 6 décembre 1847 au…

Antoinette Reynes est née le 6 décembre 1847 au…

Antoinette Reynes est née le 6 décembre 1847 au Mas Saintes Puelles, à 6km de Castelnaudary, dans la maison du Régisseur ( son père occupait cette fonction) du Domaine de La Planque, propriété de Madame de Barral.

Elle avait juste 3 ans lorsque son pere meurt. Madame de Barral prend à son service la Maman d’Antoinette comme couturière et « femme d’affaires ». Elle logera, ainsi qu’Antoinette, avec le personnel dans l’Hôtel de Barral rue St Pierre à côté
de l’Hôtel des Soubiran à Castelnaudary.

Antoinette ira à l’école des Sœurs de la Charité et l’été tout le monde vit au Château de La Planque, à 40 m du Canal.

Après sa Première Communion, en 1859, Antoinette est membre de la Congrégation Mariale animée par le Chanoine de Soubiran. Là, elle se forme à l’oraison et développe ses attraits pour la piété, l’oubli de soi. Elle est très pure.

Madame Reynes meurt au château de la Planque, Antoinette est orpheline à 17 ans. Elle réfléchit sur son avenir et désire consacrer sa vie au Seigneur. Son oncle , qui est son tuteur, lui demande d’attendre ses 19 ans. Elle reste alors au service de Madame de Barral comme lingère pendant deux ans.

Le 8 décembre 1866, elle entre postulante à Marie Auxiliatrice à Toulouse. A sa prise d’habit elle reçoit le nom de sœur Marie-Angèle. Après ses Premiers vœux en juin 1869, elle reste à Toulouse comme lingère de la communauté puis elle rejoint les Sœurs à Londres en 1870. En juillet 1871, elle est nommée Supérieure à Amiens.

Elle prononce ses Vœux perpétuels à Lyon le 2 février 1879, sous le Généralat de Mère M.François ; et pendant 7 ans elle changera 7 fois de maisons , tantôt lingère, tantôt supérieure locale. Mère M. Angèle reste ferme dans sa foi, soumise et puisant sa force dans l’oraison et l’adoration du St Sacrement. En regardant cette période avec recul, elle a écrit : « Nous étions comme des balles élastiques, tantôt lancées dans les hauteurs, tantôt jetées violemment à terre ».

En 1890, Mère M.Angèle était Supérieure de la maison de Paris lorsqu’elle apprit la démission et le départ de Mère Marie-François. En faisant des rangements avec Mère Marie-Elisabeth, toutes deux découvrent, dans le fond d’un tiroir, les lettres que Mère M.Therese Envoyait de son exil à Mère M.François. ll ! La lumière surgissait.

Mère M.Elisabeth fut élue Supérieure Générale pour succéder à Mère M.François.
Mère M.Angèle Assistante Générale, fut chargée de former les Novices. Elle fut élue Supérieure Générale en 1903, à la mort de Mère M Elisabeth.