Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Echos > En août à Nagasaki

En août à Nagasaki

commémoration de la bombe atomique en 1945

Un traité interdisant les armes nucléaires a été adopté par 122 pays le 7 juillet 2017 aux Nations Unies. Le gouvernement français a refusé de le signer. Celui du Japon aussi. Les hibakusha (survivants irradiés) ont fait des reproches au premier ministre Abe pour qu’il prenne conscience en tant que premier ministre d’un pays qui souffre encore aujourd’hui du résultat de la bombe atomique en 1945.

Comme tous les ans, les 8 et 9 août, la ville de Nagasaki s’est recueillie dans une profonde prière en commémorant le bombardement atomique. La veille de cet anniversaire, il y a eu la cérémonie commémorative inter-religieuse pour les âmes des victimes des bombes atomiques. Le Pasteur Fujii, représentant des Eglises protestantes de Nagasaki (il est également ancien élève de notre école Akenohoshi), a fait une allocution au début de cette veillée. Ensuite les Bouddhistes ont aspergé d’eau et semé des pétales de lotus en papier. Les servantes d’un sanctuaire shintoïste (mikos) ont dansé pour la paix. Pour les Catholiques, Mgr Takami a fait l’offrande de l’eau. Après une prière en silence, les jeunes ont fait une offrande de lumières autour du cénotaphe. Les petits enfants de Jardin d’enfants catholique ont prié ensemble pour la paix à haute voix. Par ailleurs, chaque religion a prié avec des chants ou musiques sacrées, et même si l’expression des prières était différente, il n’y avait qu’une seule intention : "pour les victimes, et qu’il n’y ait plus jamais de Nagasaki ! Que Nagasaki soit le dernier lieu de bombardement atomique ! »

Le lendemain matin, le 9 août, il y a eu la commémoration nationale au parc de la paix. Parmi les messages exprimés, la parole du maire de la ville de Nagasaki m’a touchée : « Même si notre ville est petite, si nous ne baissons pas les bras, si nous joignons nos forces, notre souhait pour la paix pourra faire bouger le monde ! »
C’est vrai que si chacun ne fait pas un petit effort, rien ne pourra commencer. Le mot de Hibakusya (atomisé) est également gravé dans mon cœur : « le nucléaire et l’être humain ne seront jamais capables de cohabiter ! »

Au soir, il y a eu la Messe pour la paix à la Cathédrale d’Urakami, dans laquelle les enfants ont eu beaucoup de rôles. Les gens qui ont fait l’expérience de la guerre vieillissent, si bien qu’on a souhaité montrer que la guerre est ignoble à la nouvelle génération, la génération d’avenir. La statue de Marie « atomisée » et la statue de la Vierge de Fatima, déposées à côté de l’autel, ont invité à la prière pour la paix dans le monde.

Après la messe, à la suite de la vierge « atomisée », nous avons marché et prié le rosaire en portant la lumière jusqu’au parc de la paix. Bien que chaque lumière soit petite, toutes ensemble, comme dit Mr le Maire, elles deviennent comme un fleuve de lumière. Il me semble important de répandre cette lumière de paix en la passant aux autres. Jusque tard le soir on a vu beaucoup de personnes venir prier .  

(Sr M. Dominique NAGASHIMA)