Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Echos > Eucharistie et Adoration du St sacrement. 1ère partie

Eucharistie et Adoration du St sacrement. 1ère partie

Notre Congrégation est fondamentalement eucharistique, et je me suis intéressée à rechercher en quoi étaient gardées les hosties consacrées et comment se pratiquait l’exposition du Saint Sacrement au cours des siècles qui nous ont précédés. J’ai fait des découvertes qui m’ont étonnée ; aussi je vous les partage tout simplement. Cette étude se fera sur deux articles.

C’est à partir du premier Concile de Nicée ( 325 ) que l’on conserve la Réserve eucharistique dans les monastères et dans les églises.
Au VIème siècle, les Hosties sont conservées plus particulièrement dans les Basiliques, dans un objet en forme de colombe en or, appelé Colombe eucharistique.
Cette colombe comporte une ouverture avec charnière sur le dos par où on introduit les hosties consacrées ; la colombe est alors suspendue par une chaîne au centre du ciborium, sorte de baldaquin surmontant l’autel.

En France, le réceptacle fut aussi une boite ronde ou carrée, ornée, appelée Pyxide, surmontée d’un couvercle conique.

Vers le IXème siècle, cette Pyxide fut rangée dans une niche pratiquée dans le mur latéral du sanctuaire qui devint Armoire eucharistique ; en quelque sorte l’ancêtre du tabernacle qui deviendra uniquement le lieu où est conservé la réserve eucharistique vers le XVIème siècle, et il sera mis sur la table de l’autel, et non plus dans le mur.

Dès la fin du XIII ième siècle et jusqu’au XVII ème siècle, dans l’est de la France et en Bourgogne, apparaissent dans le mur extérieur de certaines églises, une ouverture circulaire, fermée par une grille qui correspondait à l’armoire eucharistique : cette ouverture est appelée oculus eucharistique ou œil eucharistique. Cette ouverture, permettait tout en restant à l’extérieur de l’église :
- de voir et de se recueillir devant le St Sacrement visible dans l’église
- de donner la communion aux Lépreux, sans qu’ils pénètrent à l’intérieur.

Rares sont les églises qui n’ont pas fait disparaître cet œil eucharistique en le murant.


Courant XIIIème siècle, le 11 septembre 1226, à Avignon, le Roi de France, Louis VIII demande que le St sacrement soit exposé en église pour célébrer et rendre grâce pour la victoire sur les Cathares ; il y eut une telle présence du peuple chrétien que l’évêque décida de poursuivre l’adoration nuit et jour  ; cette initiative fut confirmée par le Pape (et se maintint jusqu’en 1792).
Au cours du XIIIème siècle plusieurs personnalités de la chrétienté vont faire preuve d’une grande dévotion eucharistique ; ainsi François d’Assise et Claire, Thomas d’Aquin…
En 1264, le Pape Urbain IV introduit dans la liturgie la Fête- Dieu. Ce qui favorisera progressivement l’apparition des Montres et Ostensoirs sous forme de reliquaire au XIIIème siècle ; puis l’ostensoir rond sous forme de soleil avec un pied apparut tant pour l’Adoration à l’intérieur de l’église que pour les processions à l’extérieur.

Sr M.Clarissse