Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Echos > La vie à Manille (suite)

La vie à Manille (suite)

Récemment, dans le quartier Malaya avec lequel nous avons des relations, il s’est passé la chose suivante :

Un jour tôt le matin, de nombreux policiers sont arrivés dans ce quartier, et sous prétexte d’illégalité, ont commencé à détruire les petites maisons où vivaient environ 20 familles. Le responsable du quartier, après avoir discuté avec les autorités, a obtenu un petit délai de quelques heures pour que les habitants transportent eux-mêmes leur mobilier sur la route.
Pourquoi une démolition si subite ?
C’est parce que le nouveau propriétaire du terrain a programmé l’utilisation du terrain. Aux Philippines, la plupart des terrains étant possédés par un petit nombre de riches, les pauvres vivent en construisant des maisons sur des terrains vides. Ainsi les occupations illégales de terrain sont nombreuses, mais pour se retirer, ordinairement, il y a des pourparlers entre le propriétaire et les occupants, et à partir de la notification du départ jusqu’aux préparatifs pour trouver une nouvelle demeure, il y a un certain délai ; les frais de déménagement ne sont pas très élevés, on a aussi le souci des enfants et il arrive souvent qu’on attende jusqu’à la fin de l’année scolaire ; mais cette fois, il n’y a pas eu de négociations, la démolition s’est faite sans préavis, et cela a été un grand tumulte dans tout le quartier. Parmi eux, il y avait 2 enfants d’école primaire qui vont à l’école grâce à une bourse scolaire de Marie-Auxiliatrice. Une des familles déménagera peut-être dans un logement qui leur est proposé en ville. Quant à l’autre famille, la maman qui est veuve désire poursuivre son travail au même endroit, c’est pourquoi tout en cherchant un logement à proximité, elle vit sous une tente dans la rue.

Selon les orientations du Diocèse et de la Paroisse, il y a des petits groupes de partage de la Bible et de la vie. Le départ forcé dont j’ai parlé a été un événement trop choquant pour les habitants de Malaya, spécialement pour ceux qui y vivaient illégalement. On hésitait à aborder ce sujet car on ne pouvait nier la possibilité que cela arrive demain… C’est à la lumière de la Parole de Dieu, où nous puisons amour, sagesse et courage, que nous voulons aller de l’avant et poursuivre modestement notre route.

Srs M. Kinué Maura et M. Thérèse Fukatani
Manille, Philippines