Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Notre histoire  >  Marie Thérèse de Soubiran  >  Pour en savoir plus > M.Th.de Soubiran et le Coeur de Jésus

M.Th.de Soubiran et le Coeur de Jésus

Le Cœur de Jésus source de tant d’amour , de miséricorde, ce Cœur de Jésus blessé par la lance, a été vénéré de tous temps mais les révélations du Sacré Cœur à Ste Marguerite Marie Alacoque ont contribué à développer cette dévotion au-delà des monastères avec St Jean Eudes, le Bienheureux Claude de Colombière et bien d’autres. Au XIXème siècle le Sacré Cœur est très présent dans la vie des familles chrétiennes.

C’est dans une de ces familles que Sophie-Thérèse de Soubiran s’éveille à la foi ; c’est aussi dans la Congrégation Mariale du Bon Secours, animée par son oncle le Chanoine de Soubiran, qu’elle pratique cette foi.
Vers l’âge de 14 ans, écrit-elle plus tard  :"La grâce d’une grande dévotion au Sacré Cœur de Jésus me fut donnée, avec la vue de sa divine puissance pour travailler au salut des âmes ; une douce confiance en la très sainte Vierge et en son Cœur immaculé.."
De cette même époque date son acte d’oblation au Cœur de Jésus par le Cœur immaculée de Marie :
"Divin Cœur de Jésus, je vous fais par le Cœur de Marie, l’abandon de mon corps, de mon âme et de tout mon être ; pour servir à votre bon plaisir ! Pour le temps et pour l’Eternité !!!

C’est aussi devant le Cœur qu’elle avait peint dans une niche murale de sa petite chambre qu’elle se tenait souvent en prière , dans l’action de grâce et la louange mais aussi dans une prière fervente aux intentions que ses compagnes lui confiaient et de bien d’autres…

Mère Thérèse précise dans la Règle du Béguinage : qu’elle fonde en 1854 " Les Sœurs Béguines s’appliqueront à l’étude du Divin Cœur de Jésus ; elles tâcheront de se conformer entièrement à leur divin modèle et de se sacrifier très réellement pour les autres, à l’exemple de N.S.J-C"

A Notre Dame de Charité elle reçoit le nom de Sr. Marie du Sacré Cœur ; dans cette Congrégation fondée par St Jean Eudes, la spiritualité est axée, entre autres sur le Cœur de Jésus et le Cœur immaculé de la Vierge Marie ; à la fête liturgique du Sacré Cœur s’ajoute la fête du Cœur de Jésus le 20 octobre et les premiers vendredis de chaque mois.
Sr Marie du Sacré Cœur a reçu beaucoup de grâces et plusieurs événements de sa vie ont eu lieu lors de ces fêtes.
En la fête du Cœur de Jésus, c’est une paix ineffable qui surpasse tout sentiment qu’elle reçoit le 20 octobre 1979, elle écrit : "Là est le grand bien que j’ai reçu en cette belle fête du Cœur de Jésus… En cette paix ineffable, que peut craindre l’âme ? Elle est si unie à notre Seigneur qu’Il devient vraiment la force de sa faiblesse, l’obéissance de ses révoltes, la richesse de sa pauvreté"

Sophie Thérèse qui avait fait l’oblation d’elle-même au Cœur de Jésus par le Cœur de Marie alors qu’elle était adolescente, n’a jamais cessé de découvrir dans ce Cœur de Jésus ce rayonnement de l’Amour divin avec toute sa miséricorde à travers toutes les épreuves de sa vie : rejet de sa Congrégation, épreuves morales et physiques. Ses écrits spirituels sont un chant de louange et de reconnaissance pour tant d’amour. Se confiant de plus en plus en cet Amour divin , elle se laissa dépouiller d’elle-même pour ne faire qu’un avec Jésus-Christ afin de faire sa volonté, d’être attentive à tous ses désirs : et c’est ainsi qu’elle fut amenée à s’offrir au Cœur de Jésus, à d’autres périodes de sa vie "En la fête du Sacré Cœur, le 4 juin 1880, Notre Seigneur m’a demandé de m’offrir comme victime pour la communauté, pour Marie-Auxiliatrice, l’Eglise et la France…quelle joie pour l’âme de souffrir en vue que les âmes soient épargnées, qu’elles aient la vie en elles ! Quel bonheur et honneur d’être broyée pour une telle fin avec Jésus Christ sous les coups de la douleur… Qu’il soit fait à la seule volonté de mon Dieu…" Sr. Marie du Sacré Cœur confie dans ses écrits : " De tout temps, j’ai eu une extrême appréhension de m’offrir comme victime, vu mon indignité. Je trouve cela si grand de participer à l’office le plus sacré de notre Seigneur. Toutefois, j’y ai été comme forcée par Dieu quelquefois."

Sœur Marie du Sacré Cœur à la fin d’une de ses retraites, le vendredi 24 septembre 1886 note : "Je le vois clairement, le rien en tout donne la plénitude de Dieu, oui en vérité, en réalité.. C’est par son Cœur divin et celui de sa Mère bien-aimée que j’ai remercié mon Dieu des grâces dont Il a daigné me combler dans ces jours mille fois bénis."

Toute sa vie, dépouillée de tout, immergée dans l’Amour divin jaillissant du Cœur de Jésus, Sœur Marie du Sacré Cœur pourra affirmer :" L’infini, l’éternel, l’immuable amour de mon Dieu est mon refuge et mon assurance Par conséquent le Cœur de Jésus Christ est mon lit de repos : Ô richesse incomparable, Je possède en tout temps et je porte en tout lieu et le Dieu de mon cœur et le Cœur de mon Dieu comme le disait la bienheureuse Marguerite Marie Alacoque."

Et le vendredi 7 juin 1889, 1er vendredi du mois et avant veille de la Pentecôte, Sœur Marie du Sacré Cœur sera immergée dans le Cœur de Dieu… ce Cœur qui a tant aimé le monde

sœur Marie Clarisse