Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Notre histoire  >  Marie Thérèse de Soubiran  >  Pour en savoir plus > L’humilité de Marie-Thérèse de Soubiran ( 2ème partie)

L’humilité de Marie-Thérèse de Soubiran ( 2ème partie)

Humble et humiliée à la suite du Christ humilié

L’humilité vécue jusqu’au bout

Rejetée par sa Congrégation à cause de l’intrigue de son Assistante , Marie-Thérèse écrit :
"Je fus rejetée sans asile, chargée de la responsabilité de tout ce qui s’effondrait, accusée par tous de tous les malheurs prêts à fondre sur Marie-Auxiliatrice ; vis à vis de tous, obligée à garder le silence et de laisser ainsi tout peser sur moi seule afin que le scandale ne fût pas plus grand… Mère M François m’accusa aux yeux de tous d’orgueil et d’ambition, d’une affreuse irrégularité qui ne pouvait, disait-elle, qu’attirer sur la Société la malédiction. En des choses si graves, il est aisé, ce me semble de se donner tort, de penser et de croire que d’autres feront mieux que vous et de proposer le complet sacrifice de son honneur et de tout soi-même pour sauver des intérêts si sacrés. Il me vint donc la pensée qu’il serait bon d’offrir, de donner ma démission ."
(Motifs de ma sortie de Marie-Auxiliatrice)

Marie-Thérèse va alors connaître six mois d’exil à l’hôpital de Clermont à titre d’hôte dans une grande pauvreté et dénuement. Puis après bien des déceptions et humiliations, elle est admise dans la Congrégation des Soeurs de Notre Dame de Charité du Refuge, le 24 décembre 1874 , elle fondatrice de Marie-Auxiliatrice redevient postulante dans cette nouvelle Congrégation où elle passera par toutes les étapes de formation ; elle se plie à tous les exercices en toute humilité et personne ne pourra deviner son passé !
Alors commence pour elle quinze années d’enfouissement avec le Christ ; dépouillée de tout et d’elle-même, elle peut s’ancrer dans un abandon confiant en l’Amour de Dieu. Humble avec Jésus-Christ humble , elle s’identifie à Celui qui est sa vie :

" Maintenant dans l’oubli, l’inaction, la nullité la plus complète ma vie sera employée à m’anéantir moi-même, à me laisser anéantir de bon coeur par toutes choses. Quel heureux échange, quelle tendresse de la part de notre Seigneur ! Aurais-je jamais pu croire que le bon Dieu me fit une si belle part ? Telle a été la sienne." (19 novembre 1879)

Dans la nouvelle Congrégation qui l’a accueillie, Marie-Thérèse, devenue Soeur Marie du Sacré Coeur, a noté sa prière d’abandon et de confiance, en 1881 qui reflète toute sa profondeur de vie spirituelle ; en voici un extrait :
"Seigneur mon Dieu, c’est vous qui avez tout fait , tout conduit, c’est votre bonté et votre toute-puissance qui ont pourvu à tout. Oui, Seigneur, je le crois, vous ferez tout pour mon salut et mon bien, Vous conduirez tout, Vous pourvoierez à tout et moi, j’aurai confiance, je m’abandonnerai à votre conduite, sans crainte, réflexions ni calculs.

Dans une foi vive et confiante, pour ce qui reste à faire, Seigneur, je vous en remercie comme si cela était déjà fait
img016

Dès l’origine, Marie-Thérèse voulait que l’humilité soit un des traits particuliers pour la Congrégation et que les Soeurs soient formées à la pratique de cette vertu"fondement de toutes les autres pour une vie religieuse."
A cette école , bien des générations de religieuses ont emprunté ce chemin d’humilité qui les a maintenues fortes et solides dans leur foi.

Dans ce monde d’aujourd’hui où de se déploient orgueil, domination, course au pouvoir, jalousie, individualisme et égocentrisme, ce trait caractéristique de notre Congrégation, devrait être de plus en plus actuel. On peut éventuellement penser que Marie-Thérèse emploierait d’autres mots que : humilité, petitesse, abnégation qui recouvriraient les mêmes réalités, afin de nous rappeler avec fermeté, l’opportunité impérieuse d’ouvrir nos coeurs à l’humilité qui nous met sur la route de Jésus humble et humilié, venu pour nous sauver.
Soeur M.Clarisse