Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Echos > Mère Marie Elisabeth de Luppé

Mère Marie Elisabeth de Luppé

Un nouvel Etablissement de l’Association de Villepinte destiné à une certaine catégorie de personnes handicapées ouvrira ses portes dans quelques mois à Villepinte et portera le nom de :« Résidence de Luppé »
Pourquoi ce nom ? : en souvenir reconnaissant de Mère Marie Elisabeth de Luppé, religieuse de Marie-Auxiliatrice qui soutint et développa, dès l’origine « l’Oeuvre des Poitrinaires », ancêtre de l’Association de Villepinte.

Mère M Elisabeth, était originaire de L’Aude ; elle est née en 1841 dans la région pauvre de la Piège, à une vingtaine de kilomètres de Castelnaudary.
Dans sa petite enfance dans le Château de Milhas , situé à côté de la métairie agricole qui en dépendait, elle vécut très simplement et apprit ce qu’est le partage avec les pauvres… A l’âge de 9 ans , sa Tante paternelle, Elise, qui était célibataire, la garda à Toulouse pour lui donner une bonne éducation dans une institution privée. Là elle connut une vie assez austère et n’appréciait pas les relations un peu mondaines de sa Tante.
Dès l’âge de 20 ans, elle pensait entrer comme religieuse à la Trappe de Blagnac ; de santé fragile, elle dut y renoncer et entra le 8 décembre 1865 dans la nouvelle petite congrégation de Marie-Auxiliatrice qui venait de s’installer dans la ville.
Bientôt, la Fondatrice, Mère Marie-Thérèse de Soubiran, reconnut en sa Novice de grandes valeurs religieuses et humaines, c’est alors qu’elle la choisit comme secrétaire lors de la rédaction des Constitutions. Dès 1871 Mère Marie Elisabeth qui avait rempli diverses responsabilités fut élue Conseillère Générale et resta dans le gouvernement de la Congrégation même après le départ de la fondatrice provoqué par une religieuse intrigante, en 1874 ; pendant cette période de tourmente, d’une instabilité totale qui dura 15 ans, Mère M. Elisabeth, devenue Assistante Générale fit tout ce qu’elle put pour limiter les « extravagances » de l’usurpatrice devenue alors Supérieure Générale. Elle resta douce et confiante en la Providence de Dieu, fidèle aux orientations données par M. Thérèse de Soubiran.

Après la démission de l’Usurpatrice, le Chapitre Général d’août 1890 choisit Mère M. Elisabeth à la tête du gouvernement. Supérieure Générale, elle eut à cœur de faire revenir le corps de la Fondatrice M. Thérèse de Soubiran dans le caveau de Villepinte, et de la réhabiliter aux yeux de toutes. Elle redonna à la Congrégation son vrai visage et favorisa un nouvel essor tant spirituel qu’apostolique. Elle confia la formation des Novices à Mère M Angèle Reynès.
Elle développa les Foyers de Jeunes Travailleuses et eut deux ans avant sa mort la joie de recevoir l’approbation des Constitutions par le pape.
Le 7 avril 1903, elle s’éteignit à la Maison Mère.

Nous toutes, Sœurs de Marie-Auxiliatrice, avons une grande vénération pour elle qui fut si proche de Marie-Thérèse de Soubiran, et qui sut, après l’épreuve, "refonder" en quelque sorte, notre Congrégation telle que notre Fondatrice l’avait voulue pour nous.

Le Bon Maître a ses desseins
sur chacun d’entre nous
et souvent dans ce qui nous semble le plus embrouillé
se trouve cachée
la source de très grands biens
M Elisabeth de Luppé

Sr Marie Clarisse

Voir article :Mère Marie Elisabeth et l’Association de Villepinte