Congrégation des soeurs de Marie Auxiliatrice

Français   -   English   -  
Les soeurs de Marie-Auxiliatrice Les soeurs de Marie-Auxiliatrice

Accueil  >  Echos > fêter la vie religieuse... dans une Eglise blessée

fêter la vie religieuse… dans une Eglise blessée

A DUBLIN, la célébration des Noces d’Or de Hanna a été vécue à l’ombre d’une immense vague de condamnation des Congrégations religieuses coupables de mauvais traitement des enfants confiés aux Institutions de l’Etat dont elles étaient responsables dans les années 40, 50 et 60 : abus physiques, parfois sexuels surtout dans les Institutions tenues par les religieux, exploitation des jeunes par le travail au détriment d’une éducation normale… Le rapport publié récemment concerne 18 Congrégations sur les 128 qui sont membres de la Conférence des Religieux / Religieuses d’Irlande. Mais dans les médias, et peut-être dans une section de l’opinion publique, c’est la vie religieuse en elle-même qui est fortement mise en cause. La confiance des chrétiens est ébranlée et cela trouve un écho même dans nos familles et amis. C’est un moment très dur à vivre car nous sommes en solidarité avec ces Congrégations, ayant une même vocation à vivre la suite du Christ par la consécration religieuse.

Dans son mot d’accueil au début de l’Eucharistie célébrée dans notre paroisse le 6 juin, Mary a voulu situer notre célébration dans ce contexte douloureux.
Voici un extrait de ce qu’elle a dit :
« On peut considérer que ce n’est pas un moment très propice pour inviter à célébrer une vocation à la vie religieuse. Comme la plupart de la population du pays, nous sommes bouleversées par les révélations du rapport sur le traitement des enfants dans les Institutions tenues par les Congrégations. Avec honte et douleur, nous devons reconnaître la réalité, et entendre enfin les expériences des résidents dans ces Institutions.
Mais, en dépit de cette réalité et de tout ce que les médias en disent, la vie religieuse dans son essence est et reste un don de Dieu à son Eglise et à la société et non pas une menace.
Nous sommes rassemblés aujourd’hui pour rendre grâce à notre Dieu pour ce don et pour les 50 ans de vie religieuse de Hanna… »

Elle a accueilli ensuite le célébrant, le Père Claus, un grand ami de Hanna venu spécialement d’Allemagne pour l’occasion, ainsi qu’un couple allemand, tous les trois en Irlande pour la première fois, sans oublier Anne Marie qui a pu réorganiser son planning pour être avec nous.

Malgré la situation douloureuse que nous vivons, la célébration était empreinte de joie et d’émotion. Les chants en anglais, allemand et français et la participation de gens de plusieurs nationalités différentes reflétaient le caractère universel de la mission de Hanna à Marie Auxiliatrice. Les réactions des invités montraient bien que les gens savent ne pas généraliser et qu’ils reconnaissent que c’est une minorité de religieux et religieuses qui ont trahi leur vocation et la confiance de ces générations de jeunes confiés à leurs soins.

Avec l’aide efficace de la communauté de Florence Street et de quelques paroissiens, la salle paroissiale était joliment décorée avec des fleurs, des bougies et des ballons dorés. Nous y avons accueilli une cinquantaine de personnes qui sont restées longtemps a échanger autour d’un buffet copieux, à l’abri d’une grosse pluie qui nous à bénis toute la journée ! Heureusement que nous n’avions pas retenu l’idée de faire la réception dans notre jardin !
Hanna Hartelt, Dublin, Juin 09

Portfolio